Friday, September 7, 2007

Balancoire !


Here is the final version... It's 2:30 in the morning but I am pretty happy with the result. It's good sometimes to draw at night. If you guys have any idea or request for a drawing, just post it as a comment and I will see what I can do. I don't guaranty that you will get what you asked but I will draw something related ;)

5 comments:

Astrid said...

Snif! Elle a l'air si triste!!...

Et puis, elle a un visage très adulte pour sa taille et son style vestimentaire...pom podom podom!
Ben quoi, il faut de tout dans une critique?!^^

Mais l'expression est très belle, et les effets de lumière! Wahouuu!

Theresa said...

hanter et charmant en même temps...

the feeling is kind of sad and eerie, and the drawing inspires thought because you begin to wonder about the girl

this is not what i was imagining at all, but the end result is very nice (perhaps even more special).

vous avez fait un tel travail merveilleux.

je l'aime!

lueur said...

Ca va peutêtre être la première et la dernière fois que je vais partager une chose pareille. Je pense que c'est dû à la concentration d'alchool nettement au-dessus de la limite autorizée à une fille de ma taille. J'ai quand même trouvé que ça resemble incroyablement à la suite, pour laquelle je cherche toujours la fin...


A. n'avait jamais pensé au noir comme étant son ennemi. En fait A. n'as jamais pensé au noir, tout simplement. Bien qu'il ait lu des BDs, comme tous les enfants de son age, dans lesquels des petits enfants demandaient à leur parent de laisser la lumière allumée, A. ne s'est jamais posé la question quelle serait leur raison. Même les films, qu'il avait regardés en cachette, et qui étaient parsemés de la même scène, ne lui avaient ouvert la curiosité. Pour A. les BD et les films étaient seulement un moyen de faire croire à ses parents qu'il était toujours un enfant.

In avait déjà seize ans, au moins son corps, mais tous pensaient qu'il était plus jeune. C'est marrant comment on peut juger une personne par ses apparences. A. n'avais jamais grandi, sa hauteur était celle d'un enfant de cinq ans, et ses parents avaient renoncé depuis longtemps de l'amener chez des médecins, d'autant moins chez des chamans en cherche de victimes faciles. Ils avaient accepté son état, sans se poser plus de questions, et surtout, sans demander à A. pourquoi il avait cessé de grandir.

C'était un matin de printemps, l'un de ces jours où on n'a pas besoin d'ouvrir les yeux pour voir, un matin où les fenêtre et les rideaux ne peuvent plus arrêter les aromes du nouveau ou les sons de la vie, que A. a fait sa plus grande découverte. En fait, depuis un certain temps il avait remarque que, les soirs, avant ou pendant qu'il s’endormait, l'instant même où il était censé glisser dans le monde des rêves, eh bien, cet instant, il n'existait pas. Au moins lui, il ne l'avais jamais connu. La voix de sa mère qui lui disait dors bien était là, et puis elle n'était plus...

gZeuS said...

Trés mignonne la petite. Par contre je suis pas fan des fonds unis/dégradés. Very nice anyway.
Sinon j'aimerais bien te voir toi en dessin vu que j'ai pas amené mes Spirou et Fantasio à Pitt...

Yves aka "Ivze" said...

Arrete de parler de moi comme ca. Je ne sais pas ce que tu fais avec tes Spirou et Fantasio mais je t'interdis de fantasmer sur moi.